PRÉVERT JACQUES (1900-1977)

Lot 605
30 000 - 40 000 €

PRÉVERT JACQUES (1900-1977)


Les Feuilles mortes.
Manuscrit autographe. 4 pages in-4, circa 1946.
Manuscrit autographe de premier jet à l'encre des Feuilles mortes, célébrissime chanson, présentant d'importantes variantes avec le texte définitif.
Prévert écrivit les paroles de cette chanson lors de la préparation du film de Marcel Carné «Les Portes de la nuit» en 1946 pour s'adapter sur une musique déjà composée par Joseph Kosma pour leur ballet «Le Rendez-vous» créé par Roland Petit le 15 Juin 1945.
Dans «Les Portes de la nuit», Jean Gabin devait interpréter le rôle de Diego, confié finalement à Yves Montand, le rôle de Malou étant donné à Nathalie Nattier après l'abandon de Marlène Dietrich. Dans le film, des extraits de la chanson sont interprétés par Yves Montand et par Nathalie Nattier (doublée par Irène Joachim). Passée presque inaperçue, la chanson fut publiée en partition séparée chez Enoch.
C'est Cora Vaucaire qui interprètera la première la chanson sur scène, suivie par Jacques Douai, Yves Montand, Mouloudji, Juliette Gréco et bien d'autres. Les feuilles mortes obtinrent alors un succès tardif de plus en plus grandissant et devinrent un des grands standards de la musique de jazz.
A droite du manuscrit, Prévert a noté le nombre de pieds de chaque vers; le second vers présente une variante: «de l'heureux temps où nous étions amis» (qui deviendra «Des jours heureux»).
Le second feuillet présente le refrain (11 vers): «c'est une chanson qui nous ressemble» avec des variantes au vers 4: «nous vivions tous les deux ensemble» («et nous vivions tous deux ensemble») et au vers 7 «mais l'amour sépare ceux qui s'aiment» («mais la vie sépare»).
Les deux derniers feuillets donnent deux versions avec ratures et corrections du second couplet (12 vers marqués II): «les feuilles mortes se ramassent à la pelle.»
Il y a d'importantes variantes entre ces deux versions différentes entre elles et le texte final, à partir du vers 5: «Je t'aimais tant et tu étais si belle Et je n'ai que faire des regrets
Que le vent du nord les emmène
Dans la poussière de l'ennui
Moi je pense à toi et je t'aime
Comment veux-tu que je t'oublie
Et la chanson que tu chantais
Toujours toujours je l'entendrai!»
OEuvres complètes Bibliothèque de la Pléiade, Tome II, page 785.
Catalogue Jacques Prévert, Paris la belle, page 112.
A figuré à l'exposition: Chanson française à Avranches en Juillet 2010.
Texte mythique.
PROVENANCE:
Vente Ader Nordmann du 09/06/2010.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue